Index de l'article

 

Bergues, Dimanche 8 mars 2020 à 10h30.

Messe en famille.



Cela fait plaisir pour un prêtre de voir une église pleine.
Cela lui fait chaud au cœur.

Le maître mot de cette 1ère lecture, c’est la confiance.
Oser faire confiance au Seigneur.
Oser venir prier.
Ce n’est pas parce qu’il y le coronavirus qu’il ne faut pas venir prier.

La 2ième lecture nous rappelle qu’il ne faut pas avoir peur, les enfants.
Il ne faut pas avoir peur d’aller au KT.
Les enfants, il ne faut pas écouter les copains qui disent : « Que vont-ils chercher au KT ? Que vont-ils chercher à l’église ? »
Ne vous préoccupez pas de ce qu’ils disent.
Un Chrétien n’a pas peur des critiques.
C’est aussi cela, être Chrétien.
Retrouvons nous ensemble à l’église, cela fait tellement de bien.

Dans l’évangile, on en a pour toute la Terre.
Comme pour le Coronavirus où on ne se serre plus la main, où on ne s’embrasse plus, Jésus a peur de la mort qui l’attend.
Alors il prend avec lui trois disciples pour l’accompagner en haut de la montagne.
Jésus a peur de la Croix, celle derrière moi, celle dessinée par les enfants au KT.
En ce temps de quarantaine et d’entrée en carême, peut-on aussi être vigilent envers l’Eglise ?
Vigilent, c’est affiché derrière moi.
Vigilent en pensant au Denier de l’Eglise ?
Le Denier de l’Eglise est-ce que cela veut dire quelque-chose pour moi ?
Cette année, je vais marier 40 jeunes couples.
Est-ce que le Denier signifie quelque-chose pour eux ?
La réponse est : « Non ».
Alors pensons à leur transmettre ce message, à l’heure où de nombreux donateurs vieillissants disparaissent.  


Amen.